top of page

Comment les parents étouffent l'âme de leur enfant.

Les attentes


Les attentes ne sont bonnes que dans la limite des capacités de l’individu en pleine croissance. Tout le reste aboutit à des intentions stressantes de se conformer à la situation et génère plus d’inconfort que de croissance. 


Laissez-moi vous raconter ceci à partir d’une expérience personnelle avec un de mes clients. Il y a quelques années, j'ai travaillé comme coach dans un programme d'adaptation à l'eau pour bébés. L'environnement était une piscine ordinaire d'une profondeur maximale de 90 cm, chauffée à 28° Celsius et 10 à 12 parents avec leurs bébés, âgés de moins de 3 mois. Objectif principal : un programme d'habituation à l'eau, à travers des jeux ludiques, des jouets et des aides pour faciliter la transition de bébé vers la piscine.


Au cours des deux premières leçons, les bébés et les parents ont fait les exercices et se sont beaucoup amusés, voyant la joie et la progression de l'expérience. À une exception près. Une mère avec un bébé, qui avait pleuré sans arrêt pendant les deux premiers cours, qui ne s'harmonisait pas avec l'environnement, ni avec l'expérience des jeux et du groupe. Utiliser tous les moyens de confort possibles n’a servi à rien. Le bébé a continué à pleurer, finissant par frissonner de froid et devenant bleuâtre. 


Et puis, il m'est venu à l'esprit, au début de la troisième séance, que le même schéma s'est manifesté. Je l'ai appelée et lui ai expliqué ce que j'avais découvert. Vous voyez, auparavant, je me concentrais uniquement sur le bébé et son inconfort, pas sur la totalité de la situation. J'ai donc fait un zoom arrière et maintenant la mère est apparue. Et puis tout est devenu clair. 


Je lui ai expliqué qu'elle était la cause du problème. Et bien sûr, aucune mère n’est heureuse d’entendre cela, car chaque mère le fait selon ses moyens. Mais les moyens ne sont pas une référence pour un bon maternage, sinon nous n’aurions pas cette situation. Ce qui sera également démontré à la fin de cet article.


Le plus gros problème était les attentes de la mère à l'égard de son bébé. Elle se sentait tellement désolée et honteuse que seul son bébé, sur un groupe de douze, semblait avoir un problème. Ainsi, non seulement sa culpabilité intérieure s'est projetée sur son petit, mais elle a aussi fait le maximum pour s'adapter à la situation, à la dynamique des exercices, faisant faire à son bébé des mouvements qui sortaient de sa zone de confort. Il était clair que ce comportement ne faisait qu’engendrer davantage de stress et d’inconfort pour le bébé.


Ce que je lui ai dit, ce sont les caractéristiques suivantes qui ont conduit à l'inconfort.

  • Il y avait d'abord sa propre excitation à l'idée que son bébé était le seul du groupe à avoir ce comportement, qu'il ne pouvait pas le suivre et qu'il pleurait, tremblait et devenait bleu.

  • Deuxièmement, elle a essayé de compenser cela en l'élevant/poussant au niveau du groupe.

  • Troisièmement, elle ne savait pas qu’elle était déconnectée de son enfant. (Ce qui pour moi est une réalité extrêmement triste et incroyable, et aussi une réalité croissante dans cette société, pour quelqu'un qui a porté et mis au monde une nouvelle création).


Je lui ai dit que chaque être a son rythme et qu'elle dépassait largement ce ratio en voulant atteindre un niveau supérieur avec le groupe. Je lui ai dit en plaçant mes mains pour montrer la différence entre l'expérience de la vie de son bébé (main du bas) et son expérience de vie (35 ans, main du haut). Et qu’à travers ses attentes et la situation de groupe, elle essayait inconsciemment de le forcer à performer à un niveau supérieur. J'ai dit qu'avec les attentes qu'elle avait, elle voulait que son bébé atteigne son niveau d'expérience de vie afin qu'il puisse suivre le groupe. C'est évidemment impossible. Et qu'elle a dû ramener ses attentes à la réalité, la zone de confort de son petit. 


Au moment où j'ai baissé ma main, ce qui représentait son expérience de vie au même niveau que celle de son bébé, le bébé a immédiatement arrêté de pleurer, a tourné la tête vers sa mère et l'a regardée droit dans les yeux. Après quoi toutes les tensions ont été relâchées chez le bébé, elle a commencé à pleurer de soulagement et du lien profond que le bébé, mes paroles et le pointage de mes mains avaient fait connaître.


Ce qui s'est passé ensuite était un miracle. Je l'ai invitée à continuer d'élever ses attentes à son niveau et à garder cela comme référence pour tous les exercices ultérieurs. Ce qui s'est produit a été une renaissance entre la mère et le bébé, où elle l'a non seulement guidé à travers les exercices et a maintenant expérimenté la joie, le réconfort et le sourire, mais a été étonnamment inconsciemment connectée à la dynamique du groupe. Elle n'avait pas de mots à part gratitude.


Cette histoire nous montre non seulement la réalité de l’état d’inconscient que nous avons envers nos propres descendants, notre famille et nos pairs, mais qu’il se passe bien plus de choses que ce dont nous avons conscience.


Imaginez ce que nous faisons quotidiennement avec nos enfants, les attentes et la pression que nous leur mettons, qui se traduisent par des comportements problématiques... dont seuls les parents sont responsables !

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page